PIANO SOLO

Dans son travail de piano solo, Christofer Bjurström poursuit une sorte de dialogue intime, un voyage dans différents univers qui cohabitent à l’intérieur de sa tête, une fascination pour le silence et les reflets du soleil dans l’eau, une tension parfois éruptive....

Et surtout, une envie de ne pas se poser la question de ce qu’il faut jouer ou de ce qu’il faut prouver, mais de chercher l’émotion.

Un nouveau concert en piano solo : "L’ECUME DE MAI".

Il s’agit d’une exploration de nos paysages intérieurs. De quoi sont-ils faits ? Quelles sont les réminiscences qui les habitent ? Comment notre vécu imprègne-t-il notre être sensible ? Et comment y accède-t-on ?

A partir de ces questions, le compositeur suédois invite les spectateurs à un voyage sensible, en convoquant nos différents sens pour créer sur scène un univers sensoriel, utilisant la poésie, la musique, les images comme autant de voies d’accès à nos mondes intérieurs.

Sur scène, Christofer Bjurström propose ainsi une expérience aux spectateurs ; chaque morceau, né d’un poème, se fond dans un environnement visuel, pour inviter chacun à quitter le réel pour un voyage onirique dans le sensible.

Ce projet est en cours de création : vous pouvez voir ci-dessous la video d’une étape de travail :

Par ailleurs,Christofer Bjurström publie également un vlog musical en piano solo est publié : Le Monde en Echo

L’album "Ecume de Mai" présentant ce nouveau répertoire a été enregistré en juin 2020 et est en cours de préparation pour une publication en septembre.

En attendant :

Ecouter des morceaux de l’album précédent (piano solo), mais oui, c’est possible

Pour les écouter :

LA PRESSE

Ce qui s’est dit du disque....

"Chaque note semble mûrement réfléchie et posée avec soin, conférant à ce disque une ambiance très particulière...il est ici question de solitude...., d’impressionnisme...., d’introspection..... Disque d’émoi ? Non, mais disque d’émotions." (Patrick Pommier, Jazz Magazine, février 2007)

"...des récits musicaux de voyages exhumés du blanc de la mémoire, des histoires d’amour, d’insondables regards d’enfants, des brins d’espoir d’un monde enfin meilleur...autant de petits refrains translucides et obsédants, savants ou sensuels, d’un homme qui frotte son âme au piano depuis toujours." (Jean-Luc Germain, Le Télégramme, 11 janvier 2007)

un lien versmyspacesi vous voulez